Pourquoi Richard Descoings restera-t-il à jamais le Roi de SciencesPo. ?

Richie, de Raphaëlle Bacqué (2015)

Richie, Raphaëlle Bacqué (2015)

Je finis tout juste le livre « Richie » écrit par Raphaëlle Bacqué au début de l’année 2015 et revenant sur la vie de Richard Descoings, haut fonctionnaire français, mais surtout Directeur de l’Institut des Etudes Politiques de Paris, a.k.a. SciencesPo., de 1996 à 2012.

Pour être honnête, le livre m’avait été assez mal « vendu » (écriture médiocre, style simpliste, acharnement choquant sur le passé homosexuel du Directeur… et j’en passe). Pourtant, je dois avouer que j’ai trouvé ce récit tout à fait divertissant.

Pour tous ceux et celles qui ne l’ont pas connu ou approché, Richard « était » et « vivait » SciencesPo. J’ai replongé grâce à ce livre dans mes jeunes années au sein de l’Institut et retrouvé avec bonheur (et surprise, car la journaliste avait effectivement été très bien renseignée…) certains moments marquants que j’ai eu la chance de vivre.

Richard Descoings était, avant le scandale de la gestion de SciencesPo. toujours considéré comme un demi-Dieu ; je me souviendrai toujours des 3 événements suivants qui m’ont particulièrement marquée lors de mon passage à SciencesPo. :

  • Notre arrivée en première année avait été saluée par un discours assez solennel et froid, nous rappelant que nous n’étions en aucun cas des élites et qu’il attendait de nous de l’humilité et de la modestie ;
  • Ses réformes avaient profondément modelé l’École – et notamment ses réformes de cycles délocalisés en province ainsi que l’admission parallèle pour les filières ZEP défavorisées ; et malgré la réticence de certains, celle-ci gagnait en popularité mois après mois, année après année ;
  • Il était toujours disponible pour parler aux étudiants, n’hésitant pas à se mêler à la foule et repérant dans chaque année les élèves en difficulté ou bien particulièrement timides ; il faisait en sorte que cette école permette à chacun de trouver sa place, comme si son rôle était de pallier les insuffisances de la société moderne.

Richard était un visionnaire, qui brûlait la vie par les deux bouts, mais qui au fond nous a appris une chose : la réussite est à portée de main, et rien n’est jamais trop beau pour y croire. Il a fait de SciencesPo. son royaume avec brio mais dans un but d’ouverture et de partage du Savoir.

Merci à Raphaelle Bacqué pour ce portrait, et surtout: « Merci Richie ».

NDLR : Qu’il me pardonne, mais je n’ai pas pu faire un récit en « 2 parties / 2 sous-parties », format légendaire des dissertations et présentations en tous genres à SciencesPo. Je suis néanmoins certaine qu’il appréciera le texte concis et le ton simple du récit (on ne se refait pas !).

Publicités

Une réflexion sur “Pourquoi Richard Descoings restera-t-il à jamais le Roi de SciencesPo. ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s