Pourquoi ne connaît-on pas vraiment Renoir ?

Pierre Auguste Renoir - Avant le bain (1975, Huile sur toile)

Avant le bain, Pierre-Auguste Renoir (Huile sur toile, c. 1875)

Pendant longtemps, je n’ai pas aimé Renoir.

Un style un peu trop imprécis, présentant le plus souvent des jeunes filles un peu joufflues, grossièrement définies, dans un décor champêtre. Non, vraiment, ce n’était pas ma tasse de thé.

Mais ça, c’était avant de connaître Renoir.  Lire la suite

Pourquoi n’a-t-on pas besoin de vacances ?

Un dimanche après-midi à l'Île de la Grande Jatte, Georges Seurat (Huile sur toile, 1884)

Un dimanche après-midi à l’Île de la Grande Jatte, Georges Seurat (Huile sur toile, 1884)

Après 2 semaines de canicule et la plupart des français toujours prisonniers de leur métro/bureau/métro/dodo, je suis consciente que le titre de ce billet risque d’en agacer plus d’un. Lire la suite

Pourquoi le flou permet-il d’y voir plus clair ?

S. mit Kind [S. et son enfant] (Huile sur toile, 1995)

S. mit Kind [S. et son enfant] (Huile sur toile, 1995)

Trouver une image pour illustrer mon propos n’a pas été chose facile. Non que je n’en trouve aucune qui corresponde, mais justement, parce qu’une centaine d’œuvres de Gerhard Richter pourrait convenir ici. Après de longues tergiversations, j’ai finalement choisi celle-ci pour la douceur qui se détache du tableau, mais également car je pense que ce dernier mérite d’être connu. Lire la suite

Pourquoi faudrait-il toujours être accompagné(e) par un chevalier ?

Roger délivrant Angélique, Jean-Dominique Ingres (Huile sur toile, 1819)

Roger délivrant Angélique, Jean-Dominique Ingres (Huile sur toile, 1819)

Le tableau ci-dessus nous montre Roger, chevalier sarrasin, délivrant Angélique, infortunée princesse d’Orient, faite prisonnière par un monstre marin et à deux doigts d’être dévorée.

La légende de Roger et Angélique, qui provient en réalité du poème épique « Orlando Furioso » (Roland Furieux) de l’Arioste,  fait voler Roger au secours de nombreuses jeunes femmes, tout d’abord Angélique, puis une autre princesse nommée Olympie. Lire la suite

Pourquoi aimer ce n’est pas toujours regarder dans la même direction ?

Sunlight on Brownstones, Edward Hopper (1956, Huile sur toile)

Sunlight on Brownstones, Edward Hopper (Huile sur toile, 1956)

L’atmosphère autour de ce couple peint par Hopper est empreinte de nostalgie. Tous les éléments sont pourtant réunis pour que ce tableau soit joyeux, ou tout du moins, chaleureux, mais ce n’est pas le cas ; le soleil, qui devrait réchauffer leur coeur (et l’atmosphère) semble plus être un idéal vers lequel tendre qu’une source supplémentaire de réjouissance. Elle et Lui le regardent, semblant souhaiter le rejoindre, mais ne se regardent pas. Lire la suite

Pourquoi le coquin n’est-il pas toujours celui qu’on croit ?

Les Hasards Heureux de l’Escarpolette, Jean-Honoré Fragonard (1967, Huile sur Toile)

Les Hasards Heureux de l’Escarpolette, Jean-Honoré Fragonard (Huile sur Toile, 1767)

Le tableau ci-dessus est l’un de mes préférés.

Il représente tout ce dont, à mon sens, l’être humain a besoin pour être heureux : la légèreté et l’insouciance de flotter dans les airs au doux balancement de l’escarpolette, le tout dans un sous-bois charmant, joliment fleuri et paisible. Lire la suite

Pourquoi avoir toujours un perroquet sur soi ?

Mathilde de Canisy, Marquise d’Antin, Jean-Marc Nattier (1738, Huile sur toile)

Mathilde de Canisy, Marquise d’Antin, Jean-Marc Nattier (Huile sur toile, 1738)

Mathilde de Canisy, appelée ”Marquise d’Antin”, pose ici pour le peintre Jean-Marc Nattier, une perruche à la main.

Sa robe d’apparat élégante et imposante, pourrait être celle d’une figure bien plus âgée. Or, cette marquise est en réalité très jeune : elle n’est âgée que de 14 ans. Lire la suite